Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

14 articles avec les contes de manhattan

Le conte de la fleur noire et du pêcheur d'âmes

Ann F Border
Le conte de la fleur noire et du pêcheur d'âmes
Le conte de la fleur noire et du pêcheur d'âmes

Il était une fois l’histoire vraie, si l’on y croit, d’Alicia Becker-Thomass et du pêcheur d’âmes qu’elle rencontra dans les profondeurs de la rivière Hudson. Les évènements se déroulèrent comme si tout allait de soi. Comme si tout était écrit depuis longtemps dans un livre poussiéreux reposant sur un rayon de la bibliothèque municipale. Alicia ne se souvenait pas qu’un jour de sa vie fut plus heureux qu’un autre. Elle ne se souvenait que d’un seul jour néfaste qui se répétait à l’envi. Tout allait de soi. Tout était écrit. Le jour de l’Avent, une pensée nouvelle traversa son esprit. Une pensée...

Le conte de Brett Meiler, souffleur de théâtre

Ann F Border
Le conte de Brett Meiler, souffleur de théâtre
Le conte de Brett Meiler, souffleur de théâtre

Une légende raconte que les souffleurs de théâtre ne sont pas faits de chair, d’os et de sang. Lorsque le régisseur frappe les trois coups à l’aide du brigadier, annonçant le lever de rideau, il prévient en même temps le souffleur qu’il doit entrer sur scène. Un éther frôle alors les spectateurs quand il traverse le parterre pour rejoindre le trou du souffleur. Un éther qui porte l’essence des personnages jusqu’aux lèvres des comédiens. Un souffle d’air, sans plus, riche de la parole des livres et du savoir de leurs auteurs. Les légendes naissent parfois de l’indifférence que l’on porte à certains....

Le conte de Malloney Dickson, d'Abigail Cordell et de l'oiseau mort qui cessa de mourir

Ann F Border
Le conte de Malloney Dickson, d'Abigail Cordell et de l'oiseau mort qui cessa de mourir
Le conte de Malloney Dickson, d'Abigail Cordell et de l'oiseau mort qui cessa de mourir

Il était une fois l’histoire vraie, si l’on y croit, de Malloney Dickson, d’Abigail Cordell et de Walt l’oiseau mort (aussi mort qu’on peut l’être) qui cessa de mourir parce qu’il y a des choses plus importantes à faire parfois. Malloney Dickson n’était pas le genre d’homme à se laisser aller aux effusions. Il se mit pourtant à pleurer lorsqu'il attrapa l’oiseau qui gisait sur la terre du Mall. Un moineau sans doute. Et il pleura jusqu’à ce que son corps glacé ne le bouleverse plus. Après quoi, ce n’était plus une bête morte qu’il tenait dans sa main, mais un compagnon. Il lui trouverait un endroit...

Le Conte de Mercy Stappleton et de son immortel chat, Maître de Ballet

Ann F Border
Le Conte de Mercy Stappleton et de son immortel chat, Maître de Ballet
Le Conte de Mercy Stappleton et de son immortel chat, Maître de Ballet

Il était une fois l’histoire vraie, si l’on y croit, de Mercy Stappleton et de son chat, Maître de Ballet. Mercy était danseuse et elle ne possédait rien, hormis le rêve d’enflammer les scènes du Theater District de Manhattan. Elle traversa l’Atlantique au début d’un siècle qui s’annonçait ni mieux ni pire que les siècles passés ou ceux à venir. La chance voulut que durant le voyage, elle côtoya un maître de ballet. Les passions rassemblent les êtres. Le vieillard malingre aux immenses yeux bleus faisait danser ses longues mains osseuses dans l’espace en fredonnant des airs classiques. La maladie...

Danny Gold's story

Ann F Border
Danny Gold's story
Danny Gold's story

Un homme se détachait de l’attroupement qui s’était formé à l’angle de la 8e avenue et de la 35e rue, quand les camions de pompiers et les ambulances arrivèrent. Pas qu’il en fut distant, mais son attitude laissait penser qu’il était différent des autres passants, qu’il le savait et que par une forme d’honneur misérable, il gardait son rang. Je m’approchais de lui parce qu’il ressemblait à mon père et que mon père était mort depuis peu. Je caressais le chien couché à ses pieds. Il y avait un gars qui vivait dans cette cave depuis plus de vingt ans, me dit l’homme en tirant sur la laisse pour que...

Le conte qui assoit

Ann F Border
Le conte qui assoit
Le conte qui assoit

Chaque jour la chaise apparaissait sur le trottoir. Sans que l’on ait vu quiconque l’y déposer. Calée contre le mur à gauche de l’entrée. En bois de chêne d’après ce qu’en disaient certains, avec un motif gravé sur le dossier. Indéchiffrable à cause de l’usure. Mais tous avaient leur idée. Les Arckman y voyaient des lys entremêlés. Les Blagminster, une espèce d’oiseau à long cou. Chez les Blagminster, on ne s’embarrassait pas de mots inutiles. Jamais on ne précisait une cigogne, une aigrette ou un héron. Une espèce d’oiseau faisait l’affaire. Concernant les humains, on disait les autres, en effectuant...

Le conte de Paddy Smith, locataire du paradis

Mary and Co
Le conte de Paddy Smith, locataire du paradis
Le conte de Paddy Smith, locataire du paradis

Paddy Smith a passé la nuit sur le pont de l’Ambrose. Une forte odeur de rouille et d’huile de moteur imprègne son pelage. Une vraie nuit de chien, si je peux dire, à surveiller ses testicules. Il paraît que les mouettes en raffolent. Sûrement une légende urbaine. Quoiqu’il a des potes qui n’ont plus rien à défendre de ce côté-là. C’est bien passé quelque part. Assure tes arrières, mon petit ! Question conseil, sa mère ne s’était pas foutue de sa gueule. Question abandon non plus. Quand le temps était venu, elle l’avait « oublié » au Fulton Market. Et une adresse pareille, ça te pose son chat....

Le Conte d'un étrange hiver

Mary and Co
Le Conte d'un étrange hiver
Le Conte d'un étrange hiver

Il était une fois un hiver bien étrange, où la neige ne tomba qu'une unique et seule fois. De fait, elle disparut bien vite des rues de Manhattan, devenant une boue noire chassée dans les fossés par les pneus des interminables Cadillac Escalade. Et toute la ville fut bientôt recouverte d'un voile qui teinta de grisaille ses innombrables quartiers, les songes de ses habitants et les surfaces lumineuses des patinoires du Rockefeller Center ou de Bryant Park. Cependant, des flocons irisés de rose et de bleu pâle se posèrent sur le sol parfois rocailleux de Central Park. Et malgré la tiède et blafarde...

Le conte de Muirgen Mac Rae

Ann F Border
Le conte de Muirgen Mac Rae
Le conte de Muirgen Mac Rae

Il était une fois, mais cela dura toujours, une ombre dans la rue présente nuit et jour. Une ombre libérée du soleil et de ses succédanés électriques nocturnes. Libérée, si l'on veut, car jamais elle ne fut esclave de Phébus. Car ombre, elle n'était pas. Mais c'est bien ainsi que cet être de chair vous apparaîtra, dès lors que je vous aurai conté son histoire. Le malheur de Muirgen Mac Rae fut que la peau claire de son visage si parfaitement dessiné, servit d'écrin aux yeux les plus précieux d'Irlande. Deux pupilles émeraude qui devinrent, cela se disait, l'unique trésor que la terre de Paddy ne...

Le Conte du serpent, du Diable, des quatre ponts et du ferry.

Ann F Border
Le Conte du serpent, du Diable, des quatre ponts et du ferry.
Le Conte du serpent, du Diable, des quatre ponts et du ferry.

Il était une fois un serpent, vivant sur les terres de Staten Island. Un magnifique serpent brun et jaune de compagnie, abandonné là par son maître qui décréta que l’île devenait trop petit-bourgeois à son goût et qui enjamba prestement la rivière pour rejoindre Manhattan. Un serpent ne peut avoir de maître que le Diable, vous en conviendrez. On comprendra que Satan ait rapidement fait le tour des âmes de la Nouvelle Angoulême. Dans les temps que je vous conte, elles étaient peu nombreuses et, le croirez-vous, tellement influençables. Dorénavant livré à lui-même, le serpent erra durant d’innombrables...

1 2 > >>