Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Manhattan, people and locations

Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Speed Dating In New York City - Lottie McPherson

Ann F Border
Speed Dating In New York City - Lottie McPherson
Speed Dating In New York City - Lottie McPherson

Tintement de cloche. La fille se présente à la table. - Lottie McPherson, New York. L’homme l’invite à s’assoir. Il trouve étrange qu’elle ait précisé la ville. Elle porte une robe à gros motifs, un collier de perles et un chien minuscule remue sous son bras gauche. - Quelle partie de New York ? - Brooklyn. - Et le chien ? - Quoi le chien ? - Quelle partie de New York ? - Brooklyn. L’homme regarde le chien. - Il fait plutôt Upper East Side. - Possible, je l’ai trouvé dans le parc. - Trouvé ? - Il était perdu. - Comment le savez-vous ? Il vous l’a dit ? La fille hausse les épaules. - Alors quoi,...

Danny Gold's story

Ann F Border
Danny Gold's story
Danny Gold's story

Un homme se détachait de l’attroupement qui s’était formé à l’angle de la 8e avenue et de la 35e rue, quand les camions de pompiers et les ambulances arrivèrent. Pas qu’il en fut distant, mais son attitude laissait penser qu’il était différent des autres passants, qu’il le savait et que par une forme d’honneur misérable, il gardait son rang. Je m’approchais de lui parce qu’il ressemblait à mon père et que mon père était mort depuis peu. Je caressais le chien couché à ses pieds. Il y avait un gars qui vivait dans cette cave depuis plus de vingt ans, me dit l’homme en tirant sur la laisse pour que...

Pollock's day

Ann F Border
Pollock's day
Pollock's day

Inconfortablement assise sur un banc du parc, Mercy-Beth suit deux papillons du regard depuis un moment. Deux papillons blancs, ou peut-être jaunes pâle, difficile à dire, qui volent côte à côte. Leur vol est lent mais animé de figures complexes. Et bien que tout cela semble anarchique et involontaire, Mercy-Beth pressent qu’il n’en est rien à cause de l’air, des obstacles que les papillons ont à franchir, d’une vie qui leur est propre dont personne ne percera jamais le mystère. Il ne s’agit pas d’un véritable mystère, bien sûr. Simplement une chose dont on ignore tout, n’étant pas nous même papillon....

Lunch Poem *13

Ann F Border
Lunch Poem *13
Lunch Poem *13

L’heure se rapproche timidement de la nuit. Une nuit qu’il faut deviner. Définir par son agitation. Une agitation qu’il faut définir comme étant celle de la nuit. Rien qui la compare au jour. Les rampes lumineuses rapetissent les corps. Les faisceaux transpercent les organes tendres et plus rien ne subsiste d’éventuels épanchements. On frappe, on crie, on fuit, on tue. On se lève sans souvenirs. On ne se relève pas. On abandonne sa mémoire sur les bancs lisses des cathédrales encastrées. On se demande ce qui est arrivé. On interroge les passants : Qu’est-il arrivé ? Ils haussent les sourcils, mais...

Bus stop

Ann F Border
Bus stop
Bus stop

Chaque jour depuis quelques semaines, elle se rendait à la cathédrale Saint-Patrick aux alentours de midi. Ça mobilisait presque toutes les heures de sa journée, en préparation et en trajet. Elle n’était pas catholique, ni d’aucune autre confession. Ses origines italiennes l’avaient éloigné du christianisme et des dieux de toutes sortes. Elle avait remarqué très tôt dans sa jeunesse que les femmes ne sortaient jamais gagnantes des arrangements bibliques ou des autres lectures religieuses. Dieu la terrifiait et les femmes qui s’arrachaient les cheveux ou se frappaient la poitrine en son nom encore...

Passage de rivière

Ann F Border
Passage de rivière
Passage de rivière

Chère Amie, Je longe la rivière. Rien au dessus de ma tête, que des nuages gris qui courent vers le sud. Dans quelques jardins, on ne tardera pas à fuir l’averse en se protégeant la tête et en criant comme si l’eau était de verre. On attendra sous les terrasses que l’orage cesse en s’attristant de la perte d’une journée d’été. Plus tard, on marchera sur le sol d’où s’échapperont des vapeurs. Je n’ai pas plus de but que la rivière. Pas plus de destin. Je la suis tout autant qu’elle me suit, tant que cela est possible pour elle comme pour moi. Plus de nuages. Un ciel découvert qui blanchit les reliefs...

Different floors

Ann F Border
Different floors
Different floors

Des hommes seuls se précipitaient vers le soir dès le jour levé. Enveloppés d’effluves d’alcool, de fleuve, de rouille, d’encre séchée. Ils couraient vers le centre. Prenaient des ascenseurs dans lesquels ils s’imaginaient courir encore. Et jusqu’au soir ils se cognaient aux vitres parfaitement nettoyées par une race qui ne craint pas le vertige. Il arrivait qu’ils soient envahis par une nostalgie imprécise. Mais aucun d’entre eux ne savait ce qu’il avait perdu. Plus bas dans la ville, épargné des étages, un homme nourrissait les pigeons et les oiseaux maritimes. Il regardait les bâtiments se déformer...

BlackRat

Ann F Border
BlackRat
BlackRat

Quand Louis Colman ouvrait le coffre de sa Toyota de 97, une odeur de vie de famille s’en dégageait. Odeurs de linge raidi par la lessive bon marché, de nourriture grasse, de javel, de tabac, de couches pour bébés, de cire de bougie, de tube cathodique chaud. Un règlement de compte l’avait privé de son œil droit. Il l’avait remplacé par un œil de verre noir. À la suite de quoi, on le surnomma BlackRat. Ça plaisait à tout le monde de préciser la couleur des gens de couleur. Sa vie se trouva transformée par ce surnom. On ne l’employa plus que pour les basses besognes, aux heures obscures du jour...

Black hour of the day

Ann F Border
Black hour of the day
Black hour of the day

Sur les escaliers de la Chase Manhattan Plaza, un homme avait fait une chute. Et il avait refusé mon aide. Agacé par la douleur, il m’avait adressé un geste dissuasif. Je m’étais assise sur les marches et avais attendu, la tête en l’air, que quelque chose traverse le ciel, mécanique ou naturel. Ni l’un, ni l’autre. L’homme ne se relevait pas. Il me lançait des regards furtifs par-dessus son épaule. Je l’ignorais. Il frottait sa jambe et respirait fort. Je me levais enfin. L’homme se leva à son tour. Un mince filet de sang coulait le long de sa jambe dénudée. Il s’engagea dans Pine Street en boitant...

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>