Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Manhattan, people and locations

Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Lunch poem *14

Ann F Border
Lunch poem *14
Lunch poem *14

La nuit n’existe pas quand on veut qu’elle existe Ou La nuit existe pour les affamés La nuit noire solaire ondulant au dessus d’un taxi jaune Si on veut La nuit étendue sur une banquette douteuse à chercher sur un plan Une rue dans une langue étrangère De Manhattan S’assurer de nouveau qu’aucune ne porte le nom d’un mort Qui peut croire à ça Sans en rire Que les nombres rassurent La nuit aveuglante de Manhattan n’existe pas si on veut qu’elle existe Ou Qui peut croire qu’une ville existe Qui peut vouloir y dormir quand Les êtres rampent sous les fenêtres double-vitrées La nuit existe quand on veut...

Le boxeur. Partie XIII

Ann F Border
Le boxeur. Partie XIII
Le boxeur. Partie XIII

Dans la pénombre, je ne voyais qu’une partie de son visage. Elle m’apparaissait toutes les six secondes éclairée par la lumière multicolore des lettres d’un néon. Son œil gauche me fixait. L’autre aussi sans doute. Un seul suffisait à m’émouvoir. Il me serrait le poignet. Quelquefois avec force, puis faiblement. Il parlait une langue étrangère. Mais dans l’état où il était, ça pouvait tout aussi bien être un langage incohérent. Je ne pouvais pas distinguer. Il allait mourir. Les secours ne se déplaçaient pas dans ce quartier. Il en prit son parti et s’installa plus confortablement, le dos calé...

Speed Dating in New York City - John Pitterbracker

Ann F Border
Speed Dating in New York City - John Pitterbracker
Speed Dating in New York City - John Pitterbracker

Tintement de cloche. La fille vient s’assoir. Elle est souriante. Elle ne sourit pas sur l’instant, mais elle est souriante. Quelque chose dans son visage de lumineux et de gai. Elle tourne entre ses doigts une coupe de champagne rosé. Et ne semble pas trouver de position confortable. Elle remue sans arrêt sur la banquette. - John Pitterbracker. - Un nom étrange. - Celui de mon père. - C’est tout de suite moins étrange. Il ne sait pas quoi penser d’elle. Elle parle sans le regarder. Avec un détachement désagréable. Et ce qu’elle dit n’a pas de sens. Ou un sens qu’il ne comprend pas. Le champagne...

Lá Fhéile Pádraig. Le conte de la nuit, domaine de Foley McGoohan

Ann F Border
Lá Fhéile Pádraig. Le conte de la nuit, domaine de Foley McGoohan
Lá Fhéile Pádraig. Le conte de la nuit, domaine de Foley McGoohan

Il était une fois sur les terres d’Irlande, dans le comté de Monaghan, un homme du nom de Foley McGoohan, fils de Ferell McGoohan et de Morgen Collee. Sa laideur était telle que nul ne songeait qu’elle put être fortuite. Et comme les êtres pensent avec leurs yeux et non avec leurs âmes, et comme leurs yeux ne percent pas les âmes, ils jetèrent sur lui l’opprobre. Les nuits devinrent ses jours. Les jours devinrent ses nuits. Et lorsqu’on s’attardait le soir tombé dans la lande, on priait pour ne pas le croiser. Et lorsque cela se produisait, on perdait le sommeil à force de frayeur. Une nuit, ses...

Speed Dating in New York City - Peter Bloomberg

Ann F Border
Speed Dating in New York City - Peter Bloomberg
Speed Dating in New York City - Peter Bloomberg

Tintement de cloche. La femme vient s’assoir à la table de Peter Bloomberg. Elle est souriante et semble impatiente de faire sa connaissance. Ça s’annonce plutôt bien. - Peter Bloomberg, enchanté. - Helena Schmitt. Que faites-vous dans la vie, Peter Bloomberg ? - je suis serveur au Starbucks de la 42e. - Vous êtes serveur ? - Oui. - Vous portez un costume à 15oo dollars et vous êtes serveur sur la 42e … - je l’ai loué pour la soirée. - Vous l’avez loué pour la soirée… - Vous allez répéter tout ce que je dis ? - C’est l’effet de surprise. Je ne m’attendais pas à ça en vous voyant. - À ça quoi ?...

Une révolution

Ann F Border
Une révolution
Une révolution

Je posais la bouteille sur la table. Otis était assis sur le lit, le dos vouté. Il ne me salua pas, mais me montra la chaise d’un coup de menton comme il le faisait toujours. Le pistolet ou le revolver, je ne savais toujours pas les différencier malgré les leçons de mon père, reposait sur sa cuisse, près de l’aine. Il tenait le canon à pleine main, comme on peut tenir son pénis. Après un moment de flottement, je m’asseyais finalement près de lui. Côté crosse. Le sommier fit un bruit qui me déprima. Ce son était celui qui, à mon sens, définissait le mieux la misère, et je ne le supportais pas. Il...

Speed Dating in New York City - Betty

Ann F Border
Speed Dating in New York City - Betty
Speed Dating in New York City - Betty

Tintement de cloche. La fille vient s’asseoir à la table de Gil Flack. Il se présente. Elle ne juge pas utile de le faire en retour. Il n’insiste pas et décide de la prénommer Taylor. Pour lui-même. - C’est la première fois que je quitte mon appartement depuis cinq ans, lui dit-elle. - Ouah ! Pourquoi êtes-vous resté enfermée si longtemps ? - Vous ne comprenez pas ? - Non, je regrette. La fille sort un livre de son sac. Seul dans le noir de Paul Auster. Elle tourne rapidement les pages jusqu’à tomber sur une feuille écornée. - Vous et moi, ça ne marchera pas, plaisante Gil. Vous abîmez les livres,...

Le Conte de Mercy Stappleton et de son immortel chat, Maître de Ballet

Ann F Border
Le Conte de Mercy Stappleton et de son immortel chat, Maître de Ballet
Le Conte de Mercy Stappleton et de son immortel chat, Maître de Ballet

Il était une fois l’histoire vraie, si l’on y croit, de Mercy Stappleton et de son chat, Maître de Ballet. Mercy était danseuse et elle ne possédait rien, hormis le rêve d’enflammer les scènes du Theater District de Manhattan. Elle traversa l’Atlantique au début d’un siècle qui s’annonçait ni mieux ni pire que les siècles passés ou ceux à venir. La chance voulut que durant le voyage, elle côtoya un maître de ballet. Les passions rassemblent les êtres. Le vieillard malingre aux immenses yeux bleus faisait danser ses longues mains osseuses dans l’espace en fredonnant des airs classiques. La maladie...

Speed Dating in New York City - Edward J. Doyle

Ann F Border
Speed Dating in New York City - Edward J. Doyle
Speed Dating in New York City - Edward J. Doyle

Tintement de cloche. Une fille quitte la table. Une autre s’approche pour prendre sa place. Plus jeune. Celle qui part lui murmure quel con ! à l’oreille. L’homme ne lève pas les yeux. Il fait tournoyer une olive dans son verre de vodka. - Andrea March, dit la fille en s’asseyant. - Edward J. Doyle… Vous, vous avez pris le métro. Quelle ligne ? - La 2. - J’en étais sûr. Vous sentez la 2. - Pardon ? - Votre odeur, je ne l’aime pas. La fille se lève brusquement. - Rasseyez-vous ! Vous me devez encore trois minutes. J’ai payé 50 dollars pour ça. Elle se rassoit mais reste en retrait. - Vous êtes sûrement...

Heaven can wait

Ann F Border
Heaven can wait
Heaven can wait

Comme tous les jours, Margene Kay quitte son appartement un peu avant le lever du jour. Elle porte un pardessus d’homme à chevrons et des gants en laine orange. Il y a des amas de neige grise le long des murs, contre les contremarches et les distributeurs de journaux. Quelques plaques de glace sur le trottoir. Mais partout ailleurs une eau grasse, chargée d’huile de moteur et de déchets organiques, forme des rigoles. Margene se dirige vers la bouche d’aération du bout de la rue parce qu’elle a des décisions à prendre. Elle l’atteint rapidement et s’en empare en écartant avec de grands mouvements...

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>