Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Speed Dating in New York City - Edward J. Doyle

Ann F Border

Love 2Tintement de cloche. Une fille quitte la table. Une autre s’approche pour prendre sa place. Plus jeune. Celle qui part lui murmure quel con ! à l’oreille. 

L’homme ne lève pas les yeux. Il fait tournoyer une olive dans son verre de vodka.

- Andrea March, dit la fille en s’asseyant.

- Edward J. Doyle… Vous, vous avez pris le métro. Quelle ligne ?

- La 2.

- J’en étais sûr. Vous sentez la 2.

- Pardon ?

- Votre odeur, je ne l’aime pas.

La fille se lève brusquement.

- Rasseyez-vous ! Vous me devez encore trois minutes. J’ai payé 50 dollars pour ça.

Elle se rassoit mais reste en retrait.
- Vous êtes sûrement une jolie fille…

- Vous pourriez vous en  faire une idée si vous me regardiez.

- Ca ne servirait à rien. Ce n’est pas ce que je cherche.

- Vous êtes odieux parce que je vis dans le Bronx ?

- Vous ne vivez pas dans le Bronx. Vous avez juste pris la ligne 2.

- Vous êtes un vrai malade !

Un silence.
- A part ça, que pourriez-vous dire de moi ?

- Vous seriez plutôt pas mal si vous ne gâchiez pas tout avec vos bizarreries. Vous avez de belles mains et un visage doux. Sans lui, je serai déjà partie.

- Vous avez failli le faire.

- Quelque chose m’a retenu… Et vous, que pourriez-vous dire de moi ? A part que j’empeste le métro !

-Vous portez un parfum français. Un rien éventé parce que vous conservez précieusement le flacon depuis longtemps. Vous le retournez comme ça et vous vous parfumez en passant le bouchon derrière vos oreilles.

- La fragrance vous plait ?

- Je ne l’aime pas. Elle m’empêche de vous voir.

- Vos yeux suffiraient à le faire ! 

- Ils ne le peuvent pas, dit Edward.

Le tintement de cloche couvre sa réponse et la fille ne l’entend pas.  Elle quitte la table avec empressement. Une autre s’approche pour prendre sa place. Elle lui murmure quel con ! à l’oreille.

Commentaires