Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Speed Dating in New York City. Angelus Pogell et Monsieur Quelque Chose

Ann F Border

Love PlasticUn peu avant que le speed dating ne débute, Angelus Pogell songeait aux différentes manières dont il aurait pu dépenser les quatre-vingt dollars de l’inscription. Pas qu’il fut avare, mais huit billets, c’était une somme. Sans compter la cravate en soie, les chaussettes neuves, le pressing pour son costume, le flacon de parfum, la manucure, le déodorant anti-odeur, le gel-douche tonifiant, et le masque facial coup d’éclat. Tout ça se montait facilement à deux cent dollars. Un frisson lui parcourut l’épine dorsale. Deux cent dollars !

La voix de Barry White dégoulina soudain du plafond et enveloppa l’atmosphère dans un voile cotonneux, en même temps que l’intensité de l’éclairage baissait. Angelus regretta de devoir économiser son cocktail. Il était compris dans les quatre-vingt dollars. Les autres boissons restaient à sa charge. Il rêvait d’une vodka glacée, mais se la réservait pour plus tard. Au cas où les choses tourneraient mal. Il buvait de petites gorgées sans effet sur ses nerfs ou sa timidité. Il avait longuement répété devant son miroir. Les gestes, les phrases, jusqu’au timbre de sa voix qu’il avait descendu d’un ton pour voir. Son entrainement tombait à l’eau car ses mains tremblaient, son esprit était brouillé, et la voix de basse du crooner texan le persuada de ne pas moduler la sienne.

Il vida son Manhattan d’une traite, commanda une vodka et se dirigea à la table que la serveuse lui désigna quand la cloche tinta. Un homme entre trente et quarante ans y était assis. Il se leva pour l’accueillir. Il portait un tee-shirt blanc à manches courtes et un Dockers couleur sable. Aucun goût vestimentaire. Angelus ne savait pas dire si cela lui plaisait ou non. Après une courte observation, l’homme lui sourit légèrement. Qu’est-ce que ça signifiait ? Son rictus ne lui donna aucune indication. Il s’appelait Peter quelque chose (Angelus ne retint pas son nom), c’était son premier speed dating dans ce bar et sûrement le dernier à cause de la musique pour gonzesse qu’on y passait. Il s’attendait à autre chose. Il parlait vite en remuant les mains et penchait parfois la tête de côté pour ponctuer une phrase. Des mâchoires carrées, des lèvres pleines, un nez portant les traces d’une ancienne fracture, des dents pas tout à fait droites, des cheveux poivre et sel qui sous l’éclairage viraient au bleu pâle, une peau plus tout à fait lisse. Un physique imparfait. Un bel homme.

 Peter se tut et planta ses yeux sombres dans ceux d’Angelus pour qu’il se présente à son tour. Mais il garda le silence. Une grande bousculade dans le lit de sa parole, trop peu de temps, pas assez saoul. Monsieur Quelque chose était le premier homme qu’il rencontrait. Il n’allait pas lui dire ça.

Tintement de cloche. Angelus marmonna quelques mots d’au revoir ou d’excuses à Peter et quitta le bar précipitamment. Dans la rue, il prit de grandes bouffées d’air, fit quelques allers-retours les mains dans les poches et finalement refranchit la porte en se souriant à lui-même. Deux cent dollars ça n’était pas cher payé, en fin de compte, pour être celui qu’il avait toujours rêvé d’être. Il alla s’assoir à la table que la serveuse lui montra du doigt. 

Commentaires