Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Lunch Poem *15

Ann F Border

Manhattan bridge IIIPrès des piliers, les passagers attendent l’arrivée du pont. Ils prennent de nouvelles dispositions, s’y tiennent et piétinent en se tenant la poitrine et en essuyant le cadran de leur montre à intervalles réguliers. Leurs respirations disparaissent en bulles attractives, montant vers la surface. Quelques unes éclatent contre l’aspérité d’une pierre. En changeant de jambe d’appui, ils mettent leurs enfants en garde contre le rebord tranchant des calandres métalliques. Les gosses s’y blessent quand même. Légèrement.  Leur sang se dilue dans l’eau saumâtre de la rivière qui se rêve humaine un bref moment. Comme lorsqu’un cadavre est jeté dans son lit. Elle se croit humaine jusqu’à ce que, bien sûr, le grand vide de la chair morte l’empoisonne. Elle redevient élémentaire, avec soulagement et presque du plaisir.

Sur la route, sur la ligne de feu, une femme marche vite pour ne pas manquer le prochain pont. Elle pense aux véhicules d’urgence qui transportent les êtres à perte. Parce qu’une sirène a retenti, elle réfléchit à ça. Aux choix des sauvetages. A deux rues d’ici, on ne sauve personne. A chaque coin de rue, on dit cela. Pas de ligne de feu. Du feu et de l’air. On laisse sur l’asphalte les corps atteints et ils disparaissent, comme ça. A moins qu’une machine à nettoyer les taches difficiles, conduite par un agent de la mairie d’origine haïtienne, passe dans l’heure. Mais personne n’a jamais vu une telle mécanique.

La femme s’écarte de la ligne de feu quand l’ambulance passe. Elle surprend le regard du chauffeur à l’intérieur. Tellement vide qu’elle pourrait y déverser tout ce qui la détruit et d’autres choses encore, moins pénibles mais qui lui sont devenues inutiles. Elle ne se gène pas pour le faire.

Alors que le pont accoste, elle pourrait tout autant s’appeler autrement. Elle croit qu’elle s’appelle autrement. Comme tout le monde.

Personne ne possède de nom eternel.

Commentaires