Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Le conte de la fleur noire et du pêcheur d'âmes

Ann F Border

waves of hudson riverIl était une fois l’histoire vraie, si l’on y croit, d’Alicia Becker-Thomass et du pêcheur d’âmes qu’elle rencontra dans les profondeurs de la rivière Hudson.

Les évènements se déroulèrent comme si tout allait de soi. Comme si tout était écrit depuis longtemps dans un livre poussiéreux reposant sur un rayon de la bibliothèque municipale. Alicia ne se souvenait pas qu’un jour de sa vie fut plus heureux qu’un autre. Elle ne se souvenait que d’un seul jour néfaste qui se répétait à l’envi.

Tout allait de soi. Tout était écrit.

Le jour de l’Avent, une pensée nouvelle traversa son esprit. Une pensée aussi furtive qu’une étoile filante que l’on aperçoit dans le ciel. Tout au long du jour, l’astre passa et passa encore  devant ses yeux, à chaque fois plus  incandescent, à chaque fois plus proche. Une pensée incandescente. La seule qui valait depuis longtemps, depuis toujours. Alicia Becker-Thomass décida de la suivre.

Dans une boutique de l’Upper East Side, elle acheta une fleur. N’importe laquelle dit-elle, du moment qu’elle soit noire et coûte moins de deux dollars. La fleuriste lui tendit une hellébore orientale noire à demi fanée.

Alors que le jour déclinait, Alicia se jeta dans la rivière Hudson pour suivre la pensée qui l’y avait précédé. La plus belle de toutes.

Tout allait de soi. Tout était écrit.

Tout juste entendit-elle le bruit de l’eau qui se déchirait, le sifflement de l’astre qui se refroidissait brusquement. La pensée trompeuse qui s’éteignait.

La fleur noire agitait ses pétales dans une étrange nage.

Une fleur a-t-elle la volonté de se sauver de la noyade ? Alicia se posait la question. Elle lâcha la tige de  l’hellébore qui remonta à la surface en ondulant.

Pourquoi les fleurs ne craindraient pas pour leur vie ? L’homme qui dit cela était assis sur la banquette arrière d’un squelette d’automobile gisant par le fond. Alicia ne trouva pas la situation incongrue. Que savait-elle de l’au-delà ?

L’au-delà ! Le pêcheur d’âmes se moquait d’elle. Il se tapait sur les cuisses.

Quand on dégringole, fillette, ça n’est jamais vers les cieux ! C’est une question de bon sens.

Après ça, le blanc de la mort. Il coula comme le lait tiède, réconfortant, dans la gorge des enfants. D’abord tout autour d’elle, et, enfin, à l’intérieur de sa chair.

Lorsque l’on remonta Alicia Becker-Thomass sur la rive, une hellébore noire était comme agrippée à sa poitrine. La fleur battait tel un cœur. Tous le virent, tous se turent.

 

Tout va de soi. Tout est écrit.

 

Commentaires