Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

L'heure bleue

Ann F Border

 

L'heure bleueJe me demandais si oui ou non je devais me retourner. Il m’avait dit : je vous suivrais un moment. Jusqu’au coin de la rue. Il n’avait pas l’air dangereux, juste un peu dérangé. Mes pas étaient doublés par les siens. Mais pas toujours. Il devait s’arrêter parfois pour reprendre son souffle car je marchais vite. Un souffle usé. J’avais dépassé le coin de la rue depuis longtemps. Il me suivait toujours. Ou peut-être que non. Il  allait dans la même direction que moi. Je n’allais nulle part. Je prenais quelquefois à gauche, quelquefois à droite ou j’avançais tout droit.

Hé ! Il le répéta plusieurs fois avant que je me tourne vers lui. Sa main sur la poitrine, à l’intérieur de son manteau ouvert. Il fit une grimace. Il me précisa sur un ton d’excuse : c’était un sourire. Il souriait vraiment cette fois et remonta le col de son manteau.

- Il fait plus froid qu’hier, non ?

- Je ne sais pas.

- Bien sûr, vous ne savez pas. Hier est si loin.

J’essayais de me souvenir.

- Hier, je suis allée dans le parc, je lui dis.  La douceur était trompeuse. J’y suis restée jusqu’à la tombée de la nuit.

- Pourquoi si tard, me demanda-t-il ?

- A cause du passage d'un livre qui décrit  l’heure bleue. Je voulais la voir.

- Vous ne l’aviez jamais vu ?

- Non.

Il fit une moue triste.

- Enfin, peut-être une fois sur le pont de Brooklyn, mais je ne savais pas qu’il s’agissait de l’heure bleue.

- Il pleuvait, dit-il.

Je ne fus pas surprise de l’entendre poursuivre à ma place. 

- Vous remontiez vers Manhattan. Vous étiez accompagnée, mais c’est comme si vous étiez seule. L’heure bleue vous isolait. Vous n’entendiez rien, vous n’aviez peur de rien, vous étiez vidée de vos peines, vous ne ressentiez plus rien.

- Un court instant…

- Jusqu’à Madison Square.

- Une heure.

- Vous étiez accompagnée, mais c’est comme si vous étiez seule.

Après quoi, il se détourna de moi.

- Je vous suivrais un moment, dit-il à une femme qui passait, en lui emboitant le pas. Jusqu’au coin de la rue.

Commentaires