Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Land

Mary and Co
Chère Amie,
 
Je suis terrifiée, anéantie, paralysée et tellement vivante que je ne sais plus quel est le pire. New York me manque tant. D'ailleurs, cela me mène vers d'étranges songes.
J'y vois les quais se corroder au fur et à mesure que j'approche de l'estuaire, parce que les années défilent anormalement. Et lorsque je débarque enfin, il est trop tard. Ne me demandez pas pourquoi. Il est trop tard, c'est tout. Une sensation confuse. Aussi, deux bruits de pas résonnent sur le bois. Les miens et ceux d'une femme qui a fui la misère pour la pauvreté, il y a plus d'un siècle, et qui ne sait plus à présent si ce choix était judicieux. À peine ose-t-elle tourner les yeux vers Manhattan, alors que je n'ai de regards que pour elle. J'ai pensé lui prendre la main et l'emmener dans le Lower East Side, retrouver ses proches. Mais je ne supporterai pas son désappointement et ma joie de parcourir les rues sans odeurs et glaciales l'affligera d'autant plus, qu'elle ne verra pas par mes yeux, mais par les siens, aveuglés par de terrifiantes larmes, anéantis, paralysés et tellement vivants.
Elle ne saura pas quel est le pire.
Je la laisse là, comme on quitte la tombe d'un aïeul. Eprouvant un sentiment d'appartenance ténu. Mais la presqu'île me manque tant et elle lui ressemble si peu.
Je sais que vous riez de ma méprise. Vous songez qu'elle ressemble bien plus à Manhattan que je ne lui ressemblerai jamais. Vous pensez que j'aurai dû l'accompagner jusqu'au Brownstone où elle finira ses jours. L'adresse est dans l'une des poches du pantalon d'homme qu'elle porte. Elle la parcourt à maintes reprises, comme on cherche une réponse dans un recueil de prière. Mais que voulez-vous, elle abhorre cette ville, bien plus encore qu'elle ne détestait le ghetto.
Ça n'est pas toujours pour cela que l'on débarque ici. Mais c'est souvent à cause de ça que l'on y reste.
Qu'y puis-je si un lieu redoutable me sert de paradis ? 

Commentaires