Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Les matières impérissables

Mary and Co
 Chère Amie,
 
Ils marchaient comme dans un cortège funéraire. Tous étaient si tristes. Certains pour eux-mêmes, comme cela se fait, d'autres pour l'autre. J'ai dit comme une marche funèbre, mais ça n'était pas ça, car j'étais absente. Je n'aurai  pas dû l'être.
Un jour dont j'ignore la date.
Chère amie, chère amie ! vous étiez vivante ailleurs, et j'aurai voulu le savoir. Ce jour-là, précisément. Je me rappelle que j'entendais, derrière la vitre, une pluie de saison cogner. Une pluie sèche et dure par moments qui aurait pu tout emporter. Elle aurait dû et j'en serais morte sans regret. C'est ce que l'on dit, n'est-ce pas, quand nous sommes vivants ? Quand nous avons vécu au-delà de l'âge de certains. Je voudrais ne pas être triste et compter sur le temps d'après.
Mais malgré tout, savez-vous que j'ai cessé de souffrir dès lors que vos yeux décidèrent de mon sort ? De souffrir, non. Mais j'ai cessé d'y croire.
Ils marchent encore, quelquefois. Je secoue la tête à votre manière et cela suffit. Et j'ai tout oublié, sauf cet arbre penché et le soleil glacial d'une fin d'hiver, une main tiède sur l'écorce.
 Et mon étrange collection de matières impérissables, pierres et plumes, croyez-vous qu'elle me sauve ?
 

Commentaires