Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

le conte du muséum d'histoire naturelle

Mary and Co
Il était une fois un temps doux pour la saison, et d’autres choses exceptionnelles comme la chute d’un faucon pèlerin juste à mes pieds. De fait, j’ai immédiatement levé la tête. Il gisait au sol et moi j’ai levé la tête. Ça n’était pas une réaction totalement idiote. Les oiseaux ne tombent pas du ciel sans qu’un évènement très grave s’y soit produit. Un dysfonctionnement entre les températures des courants, un problème de mécanique céleste ? qu’est-ce que j’en savais.
Je savais que ça n’était pas à prendre à la légère. Le faucon n’aurait pas apprécié. Ah oui ! parce qu’il n’était pas mort. On ne tue pas les espèces protégées. Celui-ci me fit remarquer que, dans mes autres histoires, je tuais des quantités de gens. Avec tout le respect que je lui devais, je l’informais que l’homme n’était pas une espèce protégée. On pouvait en tuer tant qu’on voulait.
- Je rêve ! me dit-il, réellement surpris.
Puis il se tut définitivement et mit de l’ordre dans son plumage.  J’aurai juré qu’il se marrait, bien que ça parût improbable. Les oiseaux ne sont pas taillés pour l’amusement. Par contre, nous qui mourons tant…
Lorsqu’il s’envola, ses ailes claquèrent sur le pavé si puissamment que j’ai cru qu’elles s’étaient brisées sous l’élan. Lentement il prit de l’altitude et tournoya pour donner un effet à son vol, ou parce que c’est comme ça que volent les faucons pèlerin.
Puis, il survola Manhattan, comme si c’était la première fois.

Commentaires