Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Passe temps

Mary and Co
 
Chère Amie,
 
Avez-vous vécu pour rien ? me demande l’homme sur le pont. Il se penche vers la rivière, dangereusement. Au trois quarts, le corps dans le vide. Puis il bascule en arrière et me pose sa drôle de question. Rappelez-vous, je vous l’ai souvent décrit. Cette fois, il porte un pardessus pied-de-poule démodé, et ses épaules larges tressautent par moments, à cause du froid qui le parcoure. Des yeux noirs, enfoncés, un nez large et des lèvres fines blanchies par la saison. Il dégage une odeur de tabac brun.
Je suis sur le Brooklyn Bridge, je ne peux pas avoir vécu pour rien. C’est ma réponse. Dans les rêves, nos pensées sont étranges. L’homme considère un instant l’édifice, tape du pied sur les lattes de bois, s’empare d’un câble et finalement ne semble pas me comprendre.
Avez-vous vécu pour rien ? Son insistance me fait l’effet d’une affirmation. C’est insupportable, n’en doutez pas. Qui peut savoir ?
Mais bon, je suis sur le Brooklyn et je regarde vers new York.
Je me souviens qu’à peine nous étions sorties de l’enfance, nos rêves se percutèrent et je regardais déjà vers Manhattan où vous partiriez seule. Plus je scrutais la ville, plus mon cœur se vidait.
Avez-vous vécu pour rien ?
Le mal que l’on se fait est-il à considérer lors du comptage ? car il s’agit bien de compter les heures. Le temps est notre unité de valeur la plus sûre.
De vous à moi, New York autorise un autre calcul. Mais vous ne l’ignorez pas. Comme moi, vous ne flânez pas sur le Brooklyn bridge. Vous en connaissez le pouvoir. Vous le traversez en écoutant les langages outre-atlantique qui le hantent, vous vous savez mortelle, quoique…Et lorsque vous posez les pieds sur la presqu’île, vos peines ont disparu.
Avez-vous vécu pour rien ? me demande l’homme de nouveau.
Qui le fait ?
 

Commentaires