Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Le boxeur. Partie II

Mary and Co
Dans l'ascenseur de l'Empire State, il ne l'avait vu que de dos. Mais il était si proche d'elle qu'il avait pu sentir son parfum. Miss Dior. Il connaissait la plupart des fragrances féminines, pour passer de longs moments chez Macy's à les étudier.  
Au 86e étage, sur la plate-forme, il ne l'aborda pas tout de suite et sortit le dernier de l'ascenseur. Ainsi, il la vit marcher et put se faire une idée plus précise. Une nuque fine, un dos musclé, peut-être un peu trop droit. Elle contrôlait sa démarche. Elle portait son sac à la manière de Diane Keaton. Il remarqua son hésitation quand à la direction à prendre. Elle semblait chercher l'endroit le plus désert. Il n'y en avait pas. Une bande de touristes, fiévreuse à l'idée de posséder enfin New-York, s'était emparée de tous les espaces libres, car d'ici, la cité ressemblait à une maquette d'architecte animée par un réseau de veines liquides ou mécaniques. Mais très vite, chacun réalisait que la hauteur ne rendait pas Manhattan accessible. Elle demeurait toujours majestueuse, incontrôlable, immodeste, interdite et sa violence montait en vagues sonores jusqu'aux  téléobjectifs inutilement dressés vers  elle.
- Je suis boxeur, murmura-t-il à l'oreille de la fille, après l'avoir rejoint près du grillage anti-suicide où elle s'était réfugiée.
Cet abord brutal ne la surpris pas. Ça n'était pas la première fois qu'un homme se présentait à elle par le truchement de sa profession. Le dernier en date avait été un avocat ayant longuement hésité entre la draguer ou en faire une cliente de son cabinet. Elle ne lui avait pas laissé le temps de trancher. Celui-là était boxeur. Bon!
- Depuis toujours… Je suis boxeur depuis toujours.
Elle eut un mouvement interrogatif. Peut-être un haussement d'épaules ou de sourcils.
- Oui, enfin…depuis que je sais qu'elles ne valent rien, poursuivit-il.
Il tendit les mains en avant. Les tourna paume contre terre, et les retourna plat contre terre, en laissant à la fille du temps pour les observer. Elles étaient petites mais paraissaient fortes et nerveuses, à cause de phalanges osseuses et de doigts larges. Elle ne put se faire un avis. Malgré leur taille, elles semblaient dangereuses. Par ailleurs, c'étaient presque des mains d'enfant.
- Y a qu'à les voir tenir un bouquin! Reprit-il. Elles savent pas quoi en foutre... Et dès qu'une femme me plait, elles tremblent comme les mains d'une vieille pédale lâchée dans le vestiaire du Yankee Stadium. Une putain de gonzesse! C'est à ça que je ressemble, à cause d'elles. C'est pour ça que je suis devenu un cogneur. Ces sales putes, elles sont justes bonnes à se faire massacrer!
Il regarda fixement ses poings fermés. C'était un malade. Un malade qui tabassait des pauvres types sur un ring pour bousiller des mains qui ne lui appartenaient pas.  
La fille sut qu'il avait oublié sa présence. Et elle songea que, peut-être, il ne l'avait même jamais remarqué. Il s'était seulement rapproché d'un corps, n'importe lequel, pour parler sans être entendu. L'endroit était idéal. La plupart de ceux qui étaient ici ne prononçaient  pas un mot d'anglais. Elle se trompait. Il l'avait observé, détaillé, reniflé, discerné, désiré, pénétré. Ses mains, les vraies, pas celles-là, l'avaient caressé longuement. Dorénavant, il pouvait parcourir sa géographie charnelle, sans qu'elle soupçonne la possibilité d'un tel voyage.
- Dans la boxe, c'est pas les coups qui comptent, dit-il soudain. C'est l'espace entre les coups, tu vois? C'est comme dans la vie. C'est pas parce que ça se calme que tu te sens mieux. Tu sais, le bonheur et toutes ces conneries… Mais tu peux respirer. Quelques minutes, tu peux respirer. C'est juste ça. Du temps gagné.
Puis il se détourna d'elle et mit ses mains dans les poches de son Dockers avant de rejoindre l'ascenseur.
Quand on la retrouva, trois jours plus tard dans une benne de l'avenue D, un sourire au couteau égayait son visage blanchi par la mort.
 
New-York, 1989.

Commentaires