Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Strange fruit

Mary and Co
 
La fillette compta jusqu’à cent comme le lui avait demandé sa mère en l’aidant à s’asseoir sur le rebord de la fontaine. «  Au bout du compte, je serai de retour ». Elle commença par le zéro parce que c’était un sacré chiffre qui, la plupart du temps, représentait tout ce qu’on ne posséderait jamais. Un monde ! Dixit sa grand-mère.
La femme s’était mise à trembler dès que sa main eut lâché celle de l’enfant. Les jambes, d’abord, puis le haut du corps. Mais, elle lui avait souri largement, les yeux plissés pour ne pas croiser son regard.  Une combine qui épargnerait sa mémoire, peut-être. Quand elle passa sous l’arche, la fillette avait déjà égrené deux dizaines et un zéro. Elle tapait ses talons contre le muret, et le caoutchouc de ses baskets faisait rebondir ses jambes qui s’alignaient à hauteur du genou avant de retomber brutalement.
Sur la Cinquième avenue, à l’angle de la Douzième rue, la femme fit une pause parce qu’elle avait marché vite. Elle écouta quelques secondes ce qui se tramait dans son cerveau. Elle ne savait rien de ce qui se passerait. À part les évidences administratives. Le placement de la fillette, le mandat d’arrêt, c’était possible. Quelques employés de justice ouvriraient de gros bouquins à couverture verte ou rouge, pour trouver le nom savant de son acte et l’inscrire sur un procès verbal. Elle fit une liste rapide des pertes, des peines et des limites humaines.
Il faudra jauger le remords à venir, en faire un allié présentable et convaincant. Il faudra vite apprendre à secouer la tête, dès lors qu’une image douloureuse surgira et continuer de vivre, en s’attardant sur la lenteur des gestes, pour ne pas paraître trop empressée d’aller mourir. Il faudra rire beaucoup, ne jamais être heureuse. Et que faire de l’amour ?  
À part ça, elle ne savait rien de ce qui se passerait.
Après trois centaines, la fillette se lassa de compter. Elle fredonna Strange fruit, sans en comprendre le sens, mais parce que sa mère la chantonnait toujours en traversant Washington square. Une légère angoisse s’empara d’elle. Comme une impatience, une inquiétude prise à son début.
Alors, elle parcourut son univers pour se passer le temps. Elle discuta longuement avec son ami imaginaire ; Un épicier du Bronx, nommé Norman Gaylor, qui lui offrait des bonbons triple couche, ou des boites de perles tant qu’elle en voulait. Elle dessina des fleurs et des visages sur le sable de l’allée avec un morceau de bois. Elle donna des noms de personnages de séries TV aux chiens du parc à chiens. Puis elle retourna s’asseoir sur le rebord de la fontaine.
Quelques secondes avant les premières larmes, elle vit sa mère franchir  l’arche et venir vers elle.
 

Commentaires