Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

A contre-jour

Ann F Border

Chère Amie,

 

J’ai cru pendant un moment que New York avait disparu. Que la ville n’avait jamais existé. Vos pas sur les lattes du Brooklyn, je les rêvais silencieux.  C’est ce qui se passe quand toutes nos peurs n’en forment qu’une. Nous n’éprouvons plus rien. Nous ne voyons dans nos passés rien d’autre que des mensonges et les hurlements envahissent nos têtes.

Je n’écrivais plus rien car je n’étais plus rien. Peut-être le contraire.  Je voulais croire que vous m’attendiez avec ce sourire indescriptible qui n’appartient qu’à vous. Un reste de rire enfantin suspendu.  Posé sur vos lèvres et vos yeux. Un trompe-la-mort.

Vous restiez là, à l’autre bout de la saison, assise parfois sur un banc du Mall, en regardant dans la direction du soleil. Le contre-jour n’est pas une mauvaise chose.  Je pouvais être n’importe quel passant. Je pensais que pendant un temps cela vous suffirait. Vous les regarderiez avancer vers vous et cela suffirait. Mais je pensais mal.  Vous ne m’attendiez pas, vous tentiez d’apaiser vos craintes.

Les temps passent. Ils filent plus vite que nous ne marchons et il faut s’attendre au pire sans que cela ne se voit trop. Il faut rire fort et se convaincre que nous serons épargnés. New York m’en convainc. Mais au fond, New York n’existe pas.

Commentaires