Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Groupe de quatre arbres

Mary and Co
 
C’est à peine si on perçoit une différence de sentiments derrière les branches mécaniques.
Il suffit de s’attacher aux ombres pour continuer de vivre comme si de rien n’était. Mais il reste toujours quelque chose du désespoir, comme un rire trop fort, une main crispée. Et celui qui n’aime pas assez soupçonne une faiblesse et s’absente le temps de se défaire de celui qui aime trop. Du moins de l’idée qu’il se fait de l’amour omnipotent. Une heure ou deux suffisent et lorsqu’il revient, Dubuffet a vécu pour rien. Dès lors, les ombres se fondent dans l’obscurité. Ou bien n’existent-elles plus ? Le travail de l’astre se généralise et ce que l’on voit ne ressemble qu’à nous. Ça n’est pas si mal, disent certains. Les autres meurent.

Commentaires