Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Le conte de Muirgen Mac Rae

Ann F Border

cruise-web.jpgIl était une fois, mais cela dura toujours, une ombre dans la rue présente nuit et jour. Une ombre libérée du soleil et de ses succédanés électriques nocturnes. Libérée, si l'on veut, car jamais elle ne fut esclave de Phébus. Car ombre, elle n'était pas. Mais c'est bien ainsi que cet être de chair vous apparaîtra, dès lors que je vous aurai conté son histoire.

Le malheur de Muirgen Mac Rae fut que la peau claire de son visage si parfaitement dessiné, servit d'écrin aux yeux les plus précieux d'Irlande. Deux pupilles émeraude qui devinrent, cela se disait, l'unique trésor que la terre de Paddy ne détint jamais. Las, sa beauté était si grande, qu'aucun homme de l'île ne disposa d'assez de richesse et d'orgueil pour la conquérir.

Pas un ne possédait de domaine à sa mesure, car tous se partageaient, sans querelle, les prés et les forêts.

Pas un ne possédait d'écrits à sa mesure, car tous se partageaient, sans querelle, les contes et les poèmes.

Pas un ne possédait de sentiments à sa mesure, car tous se partageaient, sans querelle, leur amour pour elle.

Finalement, tous gardèrent leur distance et l'unique visiteur de Muirgen Mac Rae devint le temps qui passait chaque jour bruyamment près de sa demeure.

C'est pour ne plus l'entendre qu'elle s'embarqua sur un navire de la Cunard Line en partance pour New York.

Mais dès que le bâtiment se fut éloigné de Queenstown, de menaçants nuages apparurent au-dessus de l'océan. De sombres nuages, illuminés par moments par des éclairs rougeoyants et silencieux qui les traversaient de part en part. Et malgré les ordres concis d'un capitaine expérimenté pour mener le bâtiment au large avant que ne se lève la tempête, pas une manœuvre ne parvint à le faire virer. Le navire longeait inlassablement la côte, comme s'il ne pouvait se résoudre à quitter l'Irlande. Et lorsque l'ordre fut de couper les machines, il poursuivit son errance côtière, dédaignant la mécanique.

L'officier se rendit à l'évidence, le paquebot de la Cunard était possédé. Et parce qu'on ne plaisantait pas avec la hiérarchie dans la marine anglaise, il abandonna la passerelle à l'être qui le hantait dorénavant, car son grade surpassait le sien. Puis, il se retira dans sa cabine où il se fit servir un whiskey pur malt. 

Quand le commandement fut entre les mains de l'hôte, le navire s'immobilisa, gîtant légèrement à bâbord. Et les heures menèrent cette partie du monde et tout ce qui la composait jusqu'à la nuit. Une nuit si noire qu'aucun homme ne pouvait s'y mouvoir. Une nuit si longue que plusieurs jours furent à jamais bannis des calendriers. Puis une aube se leva enfin, car le crépuscule ne saurait être éternel. Mais Muirgen Mac Rae n'en sut rien, car ses paupières étaient désormais scellées à jamais.

Et Lorsque le paquebot atteignit la baie d'Hudson, elle n'était déjà plus que l'ombre d'elle-même.

C'est ainsi que depuis lors, les habitants de Manhattan sentent parfois dans leur nuque le vent glacial de son désespoir.

Mais peut-on en vouloir à l'Esprit de l'Irlande d'avoir repris son trésor ?  

 

Commentaires