Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Essex house et autres bâtiments

Mary and Co
C’était l’arrivée d’une saison franche. L’été parce que Victorian Gardens était ouvert. Il fallait revenir à d’anciennes manières. C’était cela la vieillesse ; ne plus inventer de mouvements, vivre des mêmes gestes. Se souvenir de tout.
Il regarda sa montre et s’amusa encore à faire des anagrammes avec les lettres de l’Essex House. Plus tard, il acheta une bouteille de Poland Spring et compta qu’il lui en faudrait deux pour tenir jusqu’au soir.
Qu’est-ce que ça voulait dire ?
C’était ennuyeux de penser comme ça après tout ce temps. Il s’assit sur un banc du Mall pour approfondir sa réflexion. Il n’avait jamais pu méditer en marchant. Comment disait-on déjà ? Péripatéticien. Et bien, il ne l’était pas.
La marche, c’était à cause de son amour du Park. Il y avait la ville autour, en citadelle. Et puis les saisons y étaient joliment exposées, le ciel visible et donc prévisible. On pouvait y tenir jusqu’au soir. Et tous ceux d’ici savaient que les bancs ne sont pas que cela.
Il fallait se souvenir de tout et décider de ce qui ne nous tuera pas, quand tout ce qui aurait pu le faire a échoué. Il haussa les épaules : ça n’était pas très clair !
Il se leva en prenant appui sur ses genoux. Dans sa tête, il se leva d’un bond. Sûr ! ce sont les rhumatismes qui obligèrent Aristote à enseigner debout. Pas de quoi faire le malin.
Il prépara son interrogation journalière destinée à l’ange de la Bethesda. Dans le tunnel, il l’en avait achevé la forme.
Cher Ange,
Savez-vous que les étoiles sont des planètes mortes ? Bien sûr, tout le monde sait ça.
Mais savez-vous l’effet que cela fait de porter une planète morte sur la poitrine ?...
 
 

Commentaires