Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Brooklyn Bridge

Mary and Co
Aucun d’entre eux ne parlait la même langue. Il y avait des Allemands, des Irlandais, des Italiens… ils fumaient le même tabac. C’était un lien. Quand la mère de l’un d’eux mourait, en Sicile, peut-être, c’était trop loin pour que les autres comprennent. Mais les natifs, pendant plusieurs jours restaient silencieux et, après le travail buvaient plus que d’habitude, si c’est possible.  L’Europe ressemblait à une cuisine de ferme, sombre et poisseuse près de la cheminée. Une chambre glaciale à l’étage, où l’on a beau faire, rien ne réchauffe les draps de lin.
 Ils buvaient salement parce que l’Europe n’existait plus.  Ils détestaient New York quelques heures, quelques jours, ou leur vie durant à cause de leurs enfants qui parlaient à présent une langue différente de la leur. À cause du pont de Brooklyn, qui ressemblait de plus en plus à un rêve qu’ils avaient tous fait. Ça avait un rapport avec l’éternité ou la solidité, le mélange des sangs, la promenade dominicale, les Saints…
Et quand le tablier toucha Manhattan, s’ils continuèrent de boire, c’était pour oublier qu’ils n’auraient jamais ce maudit accent de Brooklyn.

Commentaires