Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Quatrième inventaire (incomplet) de Noël

Ann F Border
Quatrième inventaire (incomplet) de Noël
Quatrième inventaire (incomplet) de Noël

Une aile blanche, un labrador. Deux ailes en fait et pas de chien. Une pluie à 3 heures derrière le méridien. Une pianiste de jazz à l’Empire State building. The romance is over, j’ai lu ça quelque part. Le calendrier du New Yorker à la dernière minute. Un malaise apaisé à la librairie Border. Les vingt sept mille trois cent soixante quinze jours du Radio City Music Hall. Les cinq étoiles de la cité LeFrak. Un couturier qui retouche une étoffe de bronze. Les fillettes en redingote rouge dans les halls des hôtels de luxe. Des coquilles d’œufs blanches sur des meubles de cuisine blancs. Eclos. Pas...

Electric, rainy night

Ann F Border
Electric, rainy night
Electric, rainy night

La vitre du taxi embuée à l’intérieur et parsemée de gouttes de pluie à l’extérieur. Du Skaï noir déchiré par endroits. Des lambeaux de tissus nuageux qui s’effilochaient. Un écran où défilaient des pubs et des prévisions météo. Pour l’heure il pleuvait. Les gouttes étaient entraînées par la vitesse. Mais pas depuis un moment. On était coincé sur la 5e. Alors elles glissaient lentement après s’être écrasées. Peut-être pas la 5e. Je ne distinguais rien du dehors. La main du chauffeur tapotait le volant. La main gauche. La droite posée sur sa cuisse. Elle se soulevait quand il marmonnait un juron...

Tristement nommer un ange

Ann F Border
Tristement nommer un ange
Tristement nommer un ange

Chère Amie, Je tente d’écrire quelque chose. Pour ne pas me laisser envahir. Je tiens ma main prête et attends que quelque chose en sorte. Comme si mes veines allaient s’ouvrir et répandre leur liquide coloré sur l’espace. Tout l’espace. Pour l’instant rongé par le malheur. Je tente d’écrire quelque chose. Autre chose. Pour contourner l’autel qui s’impose malgré tout, nuit et jour. Je ne crois en rien dit-il. Je ne suis d’aucune religion. Je suis la table et le lit. La nappe et le linceul. J’appartiens à Dieu, sans mentir. Et Dieu est grand par la faute de l’homme qui ne l’est pas. Dieu existe...