Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

A brand new day

Ann F Border
A brand new day
A brand new day

On supposait qu’il y avait de meilleurs jours. Sous d’autres cieux disait martin Marksman. Rien qui ressemblait à ça par ici. Mais je n’avais pas de rêves qui mènent au large. Pas d’enjambées gigantesques pour traverser la rivière. Je supposais qu’elle atteignait la mer ou l’océan. Je ne connaissais pas la différence entre des mots comme mer et océan. Aucun de nous ne la connaissait. Le jour déclinait tous les jours et parfois plusieurs fois par jour et ça suffisait. De Brooklyn, nous possédions Manhattan et ça suffisait aussi. On restait là, penchés sur la balustrade où on se retenait de cracher...

Esplanade

Ann F Border
Esplanade
Esplanade

- Je ne suis pas heureux, pense l’homme à haute voix - Depuis quand ? lui demande la femme assise sur la chaise d’à côté. - Depuis le jour où la statue de la liberté a rouvert au public. Août 2004. Un feu d’artifice magistral et je n’en ai rien su. Je me suis réfugié dans la rue quand j’ai entendu les explosions. - Je me souviens, dit la femme. - Vous y étiez ? - Non. - Mais vous saviez… - Oui. - Plus tôt dans la journée, je m’étais assis exactement où je suis assis. Et une femme qui sortait de la librairie dans face s’est assise exactement où vous êtes assise. Elle m’a parlé du temps, comme ça...

A contre-jour

Ann F Border
A contre-jour
A contre-jour

Chère Amie, J’ai cru pendant un moment que New York avait disparu. Que la ville n’avait jamais existé. Vos pas sur les lattes du Brooklyn, je les rêvais silencieux. C’est ce qui se passe quand toutes nos peurs n’en forment qu’une. Nous n’éprouvons plus rien. Nous ne voyons dans nos passés rien d’autre que des mensonges et les hurlements envahissent nos têtes. Je n’écrivais plus rien car je n’étais plus rien. Peut-être le contraire. Je voulais croire que vous m’attendiez avec ce sourire indescriptible qui n’appartient qu’à vous. Un reste de rire enfantin suspendu. Posé sur vos lèvres et vos yeux....