Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

The angel, the girl, the fag and the wings.

Mary and Co
The angel, the girl, the fag and the wings.
The angel, the girl, the fag and the wings.

Il y avait un ange qui somnolait souvent dans le parc. Quelquefois, il m'échangeait ses ailes contre une cigarette. Puis, il s'allongeait sur le dos et contemplait le ciel. Puis, je m'envolais et contemplais Manhattan. - On est pas grand-chose, se disait-il à chaque fois. - On est pas grand-chose, me disais-je à chaque fois. New York, 1989.

La passagère du temps

Mary and Co
La passagère du temps
La passagère du temps

Chère Amie, On peut dire ce que l'on veut, mais il arrive que l'humanité nous déçoive tant, que notre destin semble devoir errer sans fin sur des terres hostiles. Comme des enfants égarés dans un centre commercial à la superficie démesurée. Allez ! je ne me trompe pas. C'est bien ce que nous sommes. Des enfants volontairement abandonnés dans un centre commercial géant, aux arrière-boutiques besogneuses et aux show-rooms colorés comme la scène d'une émission d'ABC. Ce qu'il y a, c'est que le temps, à force de passer, a dévoilé ses artifices. Il avance, certes, mais ne jette rien. Avare, il réutilise...

Le conte du conteur, du canard et de Qui-Vous-Savez.

Mary and Co
Le conte du conteur, du canard et de Qui-Vous-Savez.
Le conte du conteur, du canard et de Qui-Vous-Savez.

Il y avait dans Central Park, un canard. Sis au Conservatory Water. Il n'était pas le seul canard à vivre là. Il y en avait d'autres, de différentes marques, je suppose. Des garrots albéole, des erismatures rousses, des canards à front blanc ou noirâtres…Wikipédia ne m'a pas mieux renseigné. Qu'importe ! De toute façon, ce canard-là était en bronze. Un passage en fonderie, ça rend impossible toute identification. Oui mais, la faute à qui ? Jugez-en par vous-mêmes. Il y a de par le monde, vous ne l'ignorez pas, pléthore de conteurs. Et malgré mes nombreuses demandes de dispenses auprès de Qui-Vous-Savez,...

Black street is (always) red.

Mary and Co
Black street is (always) red.
Black street is (always) red.

J'ai marché dans une rue noire. À cause d'une panne d'électricité de fin de monde ? Hé ! pourquoi pas ? Faut pas croire que ça n'arrive qu'une fois. Ou alors, tu ne vis pas ici. À part que cette fin du monde là, ne sera pas à craindre comme les autres, parce qu'on sera tellement fatigué, qu'on l'appellera de nos vœux. Mais on ne fait pas encore ça quand on est épuisé. On ferme seulement les yeux. Peut-être que c'est à cause de ça que la rue était noire. Ou parce qu'une race l'habitait en grand nombre. Bien que les rues noires aient souvent été rouges. Mettons. J'ai marché, les yeux clos, dans une...

Le boxeur. Partie IX

Mary and Co
Le boxeur. Partie IX
Le boxeur. Partie IX

La fille marchait depuis plus d'une heure quand elle aperçut le Portoricain. Il déboula de la ruelle, juste devant elle et tenta d'adapter son pas à celui de la foule. Malgré ses efforts, il n'y parvint pas. À cause d'une respiration difficile. Elle s'en aperçut plus tard, alors qu'il s'arrêta pour reprendre son souffle. La tête en l'air pour s'émerger d'un liquide étouffant. Elle connaissait cela. Lui, la maladie ne l'avait pas pris en traître. Il en souffrait déjà, bien avant qu'elle ne soit visible, bien avant qu'elle n'existe et que l'on étudie sa superbe carapace guerrière au microscope électronique...