Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

le conte du muséum d'histoire naturelle

Mary and Co
le conte du muséum d'histoire naturelle
le conte du muséum d'histoire naturelle

Il était une fois un temps doux pour la saison, et d’autres choses exceptionnelles comme la chute d’un faucon pèlerin juste à mes pieds. De fait, j’ai immédiatement levé la tête. Il gisait au sol et moi j’ai levé la tête. Ça n’était pas une réaction totalement idiote. Les oiseaux ne tombent pas du ciel sans qu’un évènement très grave s’y soit produit. Un dysfonctionnement entre les températures des courants, un problème de mécanique céleste ? qu’est-ce que j’en savais. Je savais que ça n’était pas à prendre à la légère. Le faucon n’aurait pas apprécié. Ah oui ! parce qu’il n’était pas mort. On...

Passe temps

Mary and Co
Passe temps
Passe temps

Chère Amie, Avez-vous vécu pour rien ? me demande l’homme sur le pont. Il se penche vers la rivière, dangereusement. Au trois quarts, le corps dans le vide. Puis il bascule en arrière et me pose sa drôle de question. Rappelez-vous, je vous l’ai souvent décrit. Cette fois, il porte un pardessus pied-de-poule démodé, et ses épaules larges tressautent par moments, à cause du froid qui le parcoure. Des yeux noirs, enfoncés, un nez large et des lèvres fines blanchies par la saison. Il dégage une odeur de tabac brun. Je suis sur le Brooklyn Bridge, je ne peux pas avoir vécu pour rien. C’est ma réponse....

Le boxeur. Partie VI

Mary and Co
Le boxeur. Partie VI
Le boxeur. Partie VI

Il avait acheté cette montre le matin même dans une boutique de Times Square. C’était sa première. Il la détestait déjà. Une montre digitale multifonction avec des chiffres énormes, un rétro éclairage orange et un monstrueux bracelet en caoutchouc noir. C’était à cause de la fille. Coréenne ou chinoise, qu’est-ce qu’il en savait. Il l’avait aperçu alors qu’elle rangeait des cartes postales dans un présentoir sur le trottoir. 1 Dollar les dix, tu parles d’un deal ! Elles dataient des années soixante-dix. Sa peau était pâle et de longs cheveux bruns coulaient le long de son visage comme une cascade...

Map

Mary and Co
Map
Map

J’avais l’âge maudit. Tu sais comme dans le bouquin : J’avais vingt ans et je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. Quelque chose comme ça… Une épave ! tu aurais vu ça. Et aucune chance d’y passer. Des vaisseaux sanguins durs comme la pierre, qui pétaient les aiguilles. Et je volais, mec ! Enfin, c’était tout comme. Les pieds à ça du sol. Tant mieux, parce que, sans ça, j’aurai pataugé dans la merde à longueur de nuits. Et la nuit, tiens ! tant que j’en parle. Elle n’arrêtait jamais. À cause des baffes dans la gueule qui m’explosaient les yeux, des bars en sous-sol, des...

Manhattan, people and locations.

Mary and Co
Manhattan, people and locations.
Manhattan, people and locations.

Il faut bien savoir que le lieu n’est pas négligeable. Regardez ce que nous représentons. En surface, s’entend. Que dalle ! Et le temps que l’histoire met à bousiller nos espérances, pas plus ! L’endroit où l’on se trouve, c’est presque tout. New York est froide, je le suppose. Deux fois plus que lors de l’hiver berlinois, parce que je vivrais encore au printemps. (Lorsque la lumière quitta l’Europe nous étions si jeunes.) New York offre de meilleures nuits. On y dort presque comme ailleurs. Comme avant, désolé. À Hannah Arendt.

Le boxeur. Partie V

Mary and Co
Le boxeur. Partie V
Le boxeur. Partie V

Elle était veuve. Cette annonce déplut au boxeur. Les veuves, celles qui avaient aimé, vivaient sur la rive des anges, comme il disait. Rien à en tirer. Leurs yeux regardaient loin derrière vous et leurs mains tripotaient des objets inconsciemment. Elles souriaient de la même façon, par distraction, ou parce qu’un souvenir remontait brusquement à la surface. Pour elles, vous n’existiez pas. Elles avaient rejeté votre odeur, à peine les aviez-vous frôlés, parce qu’elles s’endormaient, chaque nuit, le nez dans une veste de sport pleine de la transpiration du mort. Ça faisait froid dans le dos. Elles...