Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Strange fruit

Mary and Co
Strange fruit
Strange fruit

La fillette compta jusqu’à cent comme le lui avait demandé sa mère en l’aidant à s’asseoir sur le rebord de la fontaine. « Au bout du compte, je serai de retour ». Elle commença par le zéro parce que c’était un sacré chiffre qui, la plupart du temps, représentait tout ce qu’on ne posséderait jamais. Un monde ! Dixit sa grand-mère. La femme s’était mise à trembler dès que sa main eut lâché celle de l’enfant. Les jambes, d’abord, puis le haut du corps. Mais, elle lui avait souri largement, les yeux plissés pour ne pas croiser son regard. Une combine qui épargnerait sa mémoire, peut-être. Quand elle...

Ronnie de Riverbank

Mary and Co
Ronnie de Riverbank
Ronnie de Riverbank

Lumière d’août dans le vent du Sud Nu pied à la recherche de ses pas Il flottait dans le tumulte de ses pensées Recherche inaboutie de son songe d’humain Rieur par défaut, prieur en dessous Il jeta son être tout entier dans la tourmente Au lieu de scinder son égo Malheur dira-t-on Bonheur se dit-il New York, 1989 (À Dorothea Lange, à Ronnie de Riverbank & Co)

Fulton

Mary and Co
Fulton
Fulton

C’était le matin. Le sien. Pas celui de l’hémisphère. C’était une heure à peine après un rêve. Il essayait de s’en souvenir. Mais pour ça il aurait fallu se rendormir quelques secondes. Ça venait pas comme ça. Il lui restait bien des images, comme des mouches en pleine force de l’âge, qui lui volaient autour et passaient devant ses yeux quelquefois. Mais rien de tangible. Son sommeil avait été de glace parce qu’il avait échangé sa couverture contre un fond de Jack Daniel’s. C’était l’été et alors ? Ses crevasses aux mains et aux pieds traversaient les saisons. Souvent, il les regardait avec curiosité....

Tentative d'apaisement.

Mary and Co
Tentative d'apaisement.
Tentative d'apaisement.

(Portrait tentant de la femme et de l’enfant Soulevé de l’obscur) Approche et écoute ta mère Parle-lui aussi du temps qu’il lui reste Et souffle ton amour Dans la grâce de son sourire Baise-lui la joue Et sauve-toi Avant qu’elle ne vienne avec toi

Fin de saison

Mary and Co
Fin de saison
Fin de saison

J’étais assise sur le balcon. Le vent tournait autour du block et se rentrait dedans juste à ma hauteur. Il soufflait dans mes cheveux en les emmêlant, comme un séchoir électrique sauvage. Ça faisait rire mon père, ou un de mes bâtards de frères ou un voisin, je ne sais plus. Pas ma mère, c’est sûr. Elle ne riait jamais comme ça, spontanément. Quelquefois, pendant son service, elle expédiait un client qui la faisait chier avec une blague débile, par un grand rire aigu qui partait se cogner contre les vitres sales. Tout le monde la fermait pendant deux secondes, et le connard plongeait son nez dans...