Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Manhattan, people and locations Short stories sur New York, les gens, les lieux. Vision new yorkaise d'un écrivain.

Chroniques de Central Park .IV

Mary and Co
Chroniques de Central Park .IV
Chroniques de Central Park .IV

De petits insectes blancs fuyaient à présent de l’intérieur du sac. Ils se maintinrent dans l’air quelques secondes jusqu’à ce que les braises qui les bordent les dévorent entièrement. Le vent éparpilla les restes de cendre. - Pourquoi t’as fais ça ? Elle avait vu la vieille entrer dans le buisson, mais n’avait pas bougé et ne répondit pas à sa question, jugeant son aspect peu menaçant. - Pourquoi t’as foutu le feu à ce putain de sac ? répéta la vieille tout en tirant sa Concourse sur le rocher où la fille était assise. Celle-ci haussa les épaules. Effectivement, son geste n’avait aucun sens. Si...

Odyssée

Mary and Co
Odyssée
Odyssée

Ulysse. - Déesse vénérée, écoute et me pardonne : je me dis tout cela !.. Toute sage qu’elle est, je sais qu’auprès de toi, Pénélope serait sans grandeur ni beauté ; ce n’est qu’une mortelle et tu ne connaîtras ni l’âge ni la mort… Et pourtant le seul vœu que je fasse est de rentrer là-bas, de voir en mon logis la journée du retour ! Si l’un des Immortels, sur les vagues vineuses, désire encore me tourmenter, je tiendrai bon : j’ai toujours, là ce cœur endurant tous les maux ; j’ai déjà tant souffert, j’ai déjà tant peiné sur les flots, à la guerre !...S’il y faut un surcroît de peines, qu’il m’advienne...

Chroniques de Central Park. III

Mary and Co
 Chroniques de Central Park. III
Chroniques de Central Park. III

Quand le sac commença à se consumer sur le banc et qu’une fumée blanche s’en dégagea, ça lui rappela la texture des ailes angéliques. Une toile immaculée, d’une légèreté excessive, traversée de nervures de verre reflétant les lumières. Elle sourit à l’évocation de ces souvenirs fabriqués, qui, aujourd’hui paraissaient tellement réels. Cela avait débuté durant l’enfance, le jour où disparut de son regard la tâche maritime. Non pas que le bleu se grisât, mais la profondeur fut bouchée par de sales visions surnageant. Elle fit tant de fois ce geste aérien pour s’en débarrasser, que ses bras tombèrent...

17 State

Mary and Co
17 State
17 State

Chère Amie, Ça ne voulait rien dire ses façades alignées. Ça ressemblait même, dans la brume industrielle, à quelques fortifications moyenâgeuses. Des pierres taillées et empilées sans souci d’esthétisme. Mais j’aperçus le verre du 17 State Street et le reflet sans déformation de la rivière sur ses parois. C’était autre chose qu’un ouvrage effectué sommairement dans l’urgence guerrière. Mon esprit se complut quelques secondes dans la certitude que l’architecture éloigne la barbarie. C’est pour ça, pensai-je, que les ruines persistent dans certains lieux géographiques. C’est pour ça qu’ici elles...

Dragons

Mary and Co
Dragons
Dragons

Le dragon aux mille cœurs humains expulse son sang dans les artères parfumées et les arrière-boutiques besogneuses où le rythme s’accélère à cause de l’opium. Pas plus qu’ailleurs les corps ne s’élèvent, mais sont soulevés par la soustraction passagère de leur douleur. La légèreté est le poids dissimulé par la chimie. Je marche en imitant ton genre de pas et s’il n’y avait que mon désir, les animaux mythiques n’auraient pas connu la cendre précocement, ni les récipients de verre. Le sale amour, dit-on, se nourrit de la mort. Pour une fois qu’il m’est donné de rire et d'échapper aux addictions misérables....

Chroniques de Central Park.II

Mary and Co
Chroniques de Central Park.II
Chroniques de Central Park.II

Elle n’avait jamais pu terminer la lecture « Des saisons de la nuit ». Mais le livre traînait au fond de son sac depuis deux ou trois ans. Les pages saupoudrées de miettes de tabac, écornées, crasseuses. Il lui en restait une dizaine à lire. Elle n’avait jamais pu les franchir. Son ignorance des faits sauverait la vie de Treefrog. C’est ce qu’elle croyait. Au fond, elle n’ignorait pas que c’était foutu pour lui depuis longtemps déjà. Assise sur un banc du park, son sac sur les genoux, elle ne voyait que le bouquin. Les autres objets s’en étaient écartés. Portefeuille, poudrier, paquet de cigarettes,...

Chroniques de Central Park.I

Mary and Co
Chroniques de Central Park.I
Chroniques de Central Park.I

La vieille allait souvent discuter avec les ours. Au fil du temps, ils lui apparaissaient plus paradants que menaçants, mais c’était parce que son esprit était passé de la colère sourde à une nonchalance dépressive ou une dépression nonchalante, elle ne savait pas. Elle s’asseyait juste en face, se déchaussait lors des deux saisons chaudes et posait ses pieds dénudés sur la Concourse renversée exprès. Aujourd’hui, elle avait prévu de leur parler de cette fille qui avait mis le feu à son propre sac à main, le matin même, sur un banc près du Victorian gardens. C’était une chose étrange, très étrange....

Intrepid. Partie 3

Mary and Co
Intrepid. Partie 3
Intrepid. Partie 3

- Tu te rappelles ? lui demanda-t’il laconiquement, alors que le taxi amorçait un virage pour se mettre dans l’axe du Financial Center. Elle espérait qu’il ne parle pas du Onze Septembre. Malgré elle, elle tourna la tête vers l’emplacement du World Trade. Il y avait un trou dans l’air. Une béance, une absence. Les mots ne manquaient pas. Il fallait être New Yorkais pour se cogner encore aux façades de verre et de métal. Il fallait être idiot pour poser une question telle que : Tu te rappelles ? Elle avait une théorie sur la mémoire depuis les évènements. Une théorie sur l’imprégnation, une autre...